Je ne sais pas quoi faire de ma vie !

woman-690118_640Selon une enquête de l’AFPA (Association Nationale pour la Formation Professionnelle des Adultes) réalisée en 2012,  82% des français envisagent une reconversion professionnelle en cas de licenciement, un chiffre stable par rapport à 2009. Globalement, plus de la moitié des actifs (56%) interrogés dans l’enquête déclarent avoir déjà changé de métier ou de secteur d’activité au cours de leur carrière.

Mais ce n’est pas tout ! Parmi les motivations invoquées c’est en raison d’une « erreur dans le choix professionnel » qu’ils estiment vouloir changer pour 55% d’entre eux.

Vous voyez donc : même si les français s’engagent dans une voie professionnelle, pour plus de la moitié d’entre eux, ils ne resteront pas dans ce secteur !

Si vous arrivez sur ce blog pour la première fois, vous serez peut-être intéressés par mon guide "Trouvez votre PASSION, en VIVRE et KIFFER la vie" dans lequel je vous transmets des techniques inédites pour trouver ce pour quoi vous êtes fait mais aussi des interviews de star du web qui se sont lancés pour vivre de leur passion. Pour télécharger gratuitement ce guide, cliquez ici. Vous serez redirigé sur un autre onglet et pourrez continuer votre lecture ensuite sur cette même page.

 

La vraie question est désormais :

 

Oui mais, que faire de ma vie ? Je n’en ai aucune idée !

 

PAS DE PANIQUE : je ne vais pas vous donner un test d’orientation avec les cases à remplir : « pas du tout – pas trop – plutôt – totalement » qui à mon sens ne mène pas à grand chose !

 

Dans cet article, vous allez découvrir des astuces auxquelles vous n’avez peut-être jamais pensé, qui peuvent sembler dénuées de sens mais qui au final vont vous aider dans cette quête du choix professionnel !

 

117

 

1. Ne vous prenez pas la tête

 

C’est aussi simple que cela ! Vous vous sentez tellement perdu dans votre avenir professionnel que vous êtes prêt(e) à remuer ciel et terre en quête de votre passion qui fera votre succès non  ? Et bien sachez que c’est la pire chose à faire !

Passer ses nuits, des heures à faire des tests d’orientation, à aller voir un conseiller d’orientation, à regarder sur les sites d’orientation pour trouver le graal n’aide que très peu d’après les personnes que j’ai sondé et c’est peut-être la même chose pour vous.

Mais alors…quoi faire ? La réponse est : RIEN

Sachez que si vous êtes vraiment fait pour quelque chose, vous allez savoir tôt ou tard dans la vie.

En effet, en y réfléchissant quasiment à chaque seconde vous allez vous mettre la pression et quand on se met la pression on fait des erreurs. On va alors aller dans un secteur parce qu’il faut absolument faire quelque chose de sa vie et on se sent frustré(e).

 

2. Amusez-vous, sortez, ayez soif d’apprendre

 

Si j’avais un seul mot d’ordre ici c’est : de s’évader ! Par exemple :

  • aller au cinéma : c’est comme ça que beaucoup ont eu envie de faire carrière dans tel métier, car ils ont été inspiré par un « héros moderne » qui faisait un certain métier et l’a mis en valeur dans un film, avec un angle différent ou encore parce que c’était un métier peu connu.
  • Visiter pas mal de choses : que ce soit un zoo, une exposition d’arts, d’inventions, le salon de la photo, des mangas, du dessin, de l’entrepreneur…ce qui va stimuler votre esprit !
  • Rencontrez une personne qui est passionnée par son métier : par exemple l’huissier de justice, souvent mal vu, elle peut vous donner des exemples d’histoires où elle a aidé une famille à rembourser ses dettes, pas mal non ?
  • lire des livres : en lisant des livres c’est ainsi que l’on développe sa créativité, votre cerveau va retenir une masse d’information et peut associer plusieurs faits qui vous donneront une idée ou ça peut aussi être le récit d’une personne qui exerce un métier, les ficelles d’une activité, une nouvelle approche d’un secteur…

 

3. Interrogez vos proches

 

Amusez-vous à demander à vos proches (amis, collègues, familles) la question suivante :

Dans quel métier me vois-tu ?

 

Vous pouvez être étonné(e) des résultats. Par exemple, vous pouvez recueillir 5 idées de métiers auxquelles vous n’avez absolument jamais songé et qui en réfléchissant ne vous déplairait pas !

 

Peut-être vous diront-ils :

 

« Tu es toujours prêt à servir les autres, tu es très gentil, souriant et tu fais preuve de sang froid, je te verrai bien dans l’humanitaire ! »

« Tu réussirais même à vendre un congélateur aux habitants du pôle nord, sans aucun doute, je te verrai vendeur ! »

 » Tu as une imagination débordante et doué en français, écrivain, sans hésitation ! »

 

Pourquoi chercher soi-même ce pour quoi on est fait, nos proches nous connaissent aussi très bien après tout non ?

C’est une astuce ici très puissante que vous pouvez mettre en pratique tout de suite ! En plus de ça, les réponses ne sont pas limités à une par personne ! Prenez le soin de toutes les noter, réfléchissez-y, documentez-vous et faites le tri.

 

Source de l’étude : http://www.aquitaine-cap-metiers.fr

ton image

23 commentaires

  1. Eric Girardot dit :

    Article très sympa.
    Bien vu comme d’habitude.
    Donne envie de se prendre en main, ce dont je suis convaincu puisque cela fait 21 ans que personne ne m’as donné de chèque à la fin du mois.
    La liberté n’a pas de prix et c’est pour moi, surtout un Choix
    Merci pour ton dynamisme

  2. Cathy dit :

    Bonjour Nina article qui me parle énormément en tant que Stratégiste en Personal Branding la partie « interrogez vos proches » est géniale pour avoir des pistes de changement et porter un autre regard sur soi, c’est vrai que les personnes se sont souvent « collées » une image et ont du mal à se voir différemment utilisez leur écosystème les aident beaucoup, je fais pratiquer un test 360° tu connais ? les retours sont assez bluffants.
    Cathy Articles récents…Parlez-vous les mêmes langages que votre cerveau ?My Profile

  3. norbert dit :

    Salut Nina, mon expérience, c’est que la plupart des changements quand ils ne sont pas accidentels (obligation de se réorienter), ils prennent du temps à se clarifier! Je pense que même s’ils ne se prennent pas la tête, ils y pensent régulièrement et c’est en combinant tes deux conseils qu’ils finissent par trouver. Dans mon cas, je me suis formé, j’ai continuer à douter jusqu’au jour de la révélation lors d’un cours de coaching en 2002. Je voyais clairement ce que je voulais faire à partir de ce jour! Merci pour ce partage

    • Nina Nina dit :

      ce cours de coaching a dû être puissant alors ? =) il a utilisé une stratégie particulière pour t’aider à y voir clair ? une question particulière ?

  4. Zak dit :

    Salut nina,
    trés bon articles, complet a mon gout.
    Je le recommanderai a des proches sans aucun doute.
    Continue ainsi!

    Zak.

  5. Jean dit :

    J’adore ton petit texte. Excellente introduction à une réflexion!

    D’ailleurs, j’anime une émission de radio biographique d’orientation professionnelle à l’Université Laval à Québec. J’aimerais partager ton article sur la page facebook de mon émission.

    De plus, j’aimerais avoir ton avis sur ma 1ère émission diffusée avant-hier. J’interviewerai plusieurs personnes de différents horizons au courant de la saison!

    http://media.chyz.ca/wp-content/uploads/2016/02/12130146/On-est-tu-perdus-9-F%C3%A9vrier-2016_Final.mp3

    Tout commentaire est le bienvenue!

    Au plaisir!

  6. Océane dit :

    Moi je suis actuellement perdu, j’ai ratée mon année universitaire etje ne peut pas recommencé, je n’est rien qui me plait, j’ai plusieurs idée mais peur d’en parler, ma famille me pousse parce qu’il faut que je trouve un travail et que je gagne ma vie … mais je suis au bout du bout. Je ne sais absolument pas quoi faire, même si cette article et tres bien je ne sais toujours pas dans qu’elle sens dirigé ma vie et cela me fait de plus en plus peur.

    • Jean dit :

      Océane,
      Ne t’inquiète pas, tu n’es pas seule à être perdue. Il faut dédramatiser, prendre du temps n’est pas un problème ni un échec : vaut mieux avancer de manière sûre que d’avancer rapidement dans la mauvaise direction.

      Essaie! Tente quelque chose qui t’intéresse, même si tu ne pense pas faire ça toute ta vie! Il faut s’essayer pour mieux se connaître, apprendre à se découvrir.

      Avoir les 2 pieds dans le domaine est le meilleur moyen de savoir ce qui nous plait, bien plus que le derrière assis sur un banc d’école.

      Moi aussi, j’ai ressenti cette pression sociale familiale de pousser pour trouver un emploi prestigieux avec revenu stable, mais au final, ce qui vaut la peine d’être optimisé, ce n’est pas nos capacités à rentabiliser chacune des minutes de notre vie, d’optimiser notre potentiel cérébral, mais bien optimiser notre potentiel de bonheur… Et pour le trouver, rien de mieux que d’essayer!

      En espérant que cela puisse t’aider 😉

    • Stella dit :

      Coucou Océane, sa me soulage de voir quelqu’un dans le même cas que moi, même si je sais que je ne suis pas la seule à être aussi perdue au niveau professionnel. On a beau me dire ‘Ne t’inquiète pas, tu trouveras un jour » on va pas se mentir c’est quand même bien angoissant de ne pas savoir quoi faire, de ne pas avoir d’objectif ni même de métier en tête qui nous plaise…

      Pour moi, il faut absolument qu’en septembre je bosse pour avoir de l’argent, c’est bête mais je veux pas décevoir ma mère à rester chez moi à rien faire… Je passe mon temps à y réfléchir, à me poser des tas de question mais rien n’y fait malheureusement…
      Sachant que je ne veux plus continuer les études, que j’ai très peu de passions, pas de loisirs et que je ne veux pas faire un métier que j’aime pas en me levant le matin avec la boule au ventre… Je pense prendre du recul en essayant de m’épanouir, avec l’espoir qu’une idée me vienne en tête un jour !

  7. Je suis tombé sur ton site au hasard d’une recherche (la magie du net)et je dois dire qu’il est une mine d’information très utile, surtout si l’on se cherche un peu comme moi. Tes vidéos ne sont pas mal non plus, et tu as beaucoup de charme, ce qui ne gâche rien! 😉
    Merci!

  8. Arnaud dit :

    Bonjour Nina, j’aime beaucoup cet article et il a un fond nettement plus moderne que ce qu’on peut retrouver aujourd’hui!
    Dans ce sens et pour combattre cette cause qui nous tient énormément à coeur, nous avons monté une startup spécialisée dans l’orientation où nous utilisons les data sciences et la psychologie pour découvrir et trouver au mieux les métiers et les opportunités qui pourraient mener à l’épanouissement de chacun. C’est un outil digital entièrement gratuit 🙂
    Je vous invite à venir faire un tour sur http://www.impala.in et à nous donner des retours 🙂

    Bonne soirée,

    Arnaud

  9. Karine dit :

    Bonjour,
    je me sens également perdu. J’ai 29 ans, habite toujours chez mes parents et je ne sais pas quoi faire de ma vie.
    Présentement je suis en arrêt pour trouble d’adaptation, j’ai un travail en tant que commis d’épicerie/caissière dont je n’aime pas du tout mais je n’ose pas changer de peur de ne pas être mieux ailleurs. Alors, je cherche une carrière, la carrière, celle qui me rendra heureuse et me permettra d’être enfin stable financièrement pour pouvoir quitter le nid et vivre la vie d’adulte que je devrais vivre à cet âge. Mais c’est le vide.
    J’ai beau rechercher, demander l’avis de ma soeur qui elle, âgé de 18 ans récemment, semble déjà savoir quoi faire de sa vie et qui a plein d’option de rechange et de rêve à accomplir. Je ne trouve rien, rien qui semble me passionner, rien qui me fait dire  »ça y est, c’est ça que je dois faire, c’est ça que je veux faire de ma vie ». Après avoir vu un orienteur, j’ai parcouru la liste de métiers pour lequel je devrais avoir des intérêts et les aptitudes mais rien. Encore rien qui m’intéresse.
    Alors j’ai cru qu’il fallait que je fasse un choix et ce choix m’avait un peu rendu fébrile à l’idée que je faisais enfin quelque chose pour avancé. Jusqu’à ce que je me rende à l’école pour me renseigner sur l’inscription. Ce que m’a dit la femme à l’administration n’était pas ce à quoi je m’attendais à entendre et ma fait douter à nouveau. Et malgré que je demande conseil à mes proches ceux-ci ne peuvent pas choisir pour moi et cela me rend encore plus décourager de ne pas savoir ce que je veux. Je me retrouve encore à la case de départ. Avec aucun objectif de vie, je ne fais que suivre la routine d’un travail à salaire minimum pour lequel je ne suis pas assez stable financièrement pour pouvoir prendre plus d’autonomie et de quitter le nid des parents. Je ne bouge pas dans ma vie et cela me rend dépressive.

  10. Esther dit :

    Bonjour,

    Je suis malheureusement dans la même situation que la plupart d’entre vous…
    Cela fait plus de six ans que je cherche ma voie, que cela soit niveau études ou travail.

    Bien que je sois diplômée fleuriste et employée administrative, à 24 ans, je cherche toujours ma place dans la société. J’ai revu mon ambition à la baisse, me disant qu’à ce stade je ne pouvais plus me montrer exigeante et que ce serait déjà très bien de trouver un boulot, quel que soit le secteur ou les tâches demandées… J’ai fait des stages pour essayer de combler mon manque d’expérience, j’ai passé mon permis de conduire pour améliorer ma mobilité et pouvoir rechercher un emploi sur toute la Belgique. Et pourtant rien n’y fait. Je ne trouve pas pas place. Je pensais alors reprendre des études, recommencer à zéro mais je ne sais pas vers quoi me tourner. Je suis intéressée par tout mais ne me vois dans rien. Je n’arrive pas à me projeter, à cibler mes envies, à me faire un schéma de ce que pourrait être mon avenir…

    Je suis fatiguée de me battre…
    Le statut de demandeuse d’emploi me pèse, d’autant plus que j’ai perdu mon droit aux allocations. Bien qu’ils soient là pour m’encourager à trouver ma voie, je me sens comme un boulet pour de mes parents.
    Ne voulant pas leur en demander d’avantage (je suis déjà super reconnaissante qu’ils veuillent bien m’abriter), je n’ai plus les moyens de subvenir à mes propres besoins, de sortir, de changer d’air, de voir mes amis… qui, ne comprenant pas la difficulté dans laquelle je me trouve ni même pourquoi je n’empreinte pas d’argent à mes parents pour les voir, ne veulent plus m’adresser la parole.

    Bref… je suis perdue. J’ai l’impression d’avoir tout perdu. Et je pense que si mes parents n’étaient pas là, j’aurais baissé les bras depuis bien longtemps. Je devrais me battre pour moi-même mais ce n’est plus le cas. Je me bats pour eux, pour les rendre fiers et surtout pour leur éviter de la peine.

    Je ne sais pas combien de temps je pourrais encore vivre cette situation, regarder les autres avancer dans leur vie, construire leur avenir alors que la mienne n’avance pas d’un pouce… alors que JE n’avance pas dans ma vie.

    • Jean Bouchard dit :

      Esther et Karine, je compatis avec vous deux. J’ai 26 ans et, bien qu’au Québec, la situation économique est meilleure qu’en Europe, la difficulté de se connaître et de trouver un métier qui nous passionne est la même.

      Mon nouveau truc est d’essayer différents emplois, tenter de trouver ma voie en faisant différents trucs, certains payés d’autres non. Essayer de changer afin de mieux se connaître peut parfois faire une grande différence.

      J’ai étudié pour devenir ingénieur forestier. Je n’ai pas particulièrement aimé mes stages. Pour me donner le temps de réfléchir et me changer les idées, je suis allé enseigner le français à York au Royaume-Uni. À mon retour, je voulais travailler dans le tourisme. Comme j’aime l’Histoire, j’ai commencé à travailler comme guide touristique en calèche dans le Vieux-Québec. J’ai aussi commencé, comme j’aime les gens, la communication et suis très curieux, à animer une émission de radio biographique sur l’orientation professionnelle : https://www.facebook.com/onesttuperdus/
      Je me disais que ça pourrait pê m’aider en même temps que les gens qui décident d’écouter l’émission.
      À présent, je travaille en foresterie urbaine, sur des chantiers dans les parcs de la ville avec des jeunes décrocheurs en réinsertion sociale. Des jeunes idéaux pour m’inspirer pour mon émission de radio, car je vois que ça peut être utile aux gens ce que je fais.

      Au final, le défi c’est de ne pas avoir peur de se tromper 😉

      J’espère vous avoir un brin aidé. Partagez-moi vos impressions.

      • Yass dit :

        Hello Jean,
        Je viens de cliquer sur ton lien, peux tu m’expliquer un peu mieux le concept stp ? Sinon je trouve ca très courageux de tester différents d’emplois, c’est sortir de sa zone de confort et prendre des risques, donc beaucoup de nouvelles expériences parfois très enrichissantes.
        Merci d’avoir partagé ton parcours, ca me permet de voir les choses autrement 😉

  11. laura dit :

    Article qui ma quand meme bien aidé et rassurée.
    Et jai fait mon lycee normal puis je savai pas quoi faire comme etude alors jai travaille travaille jai eu un enfant et la depression et jen suis venue la depuis quoi.. 1 ans a vouloir reprendre mes etudes.. je me compare trop souvent aux autres je me ..devalorise.. car j aurais voulu une vie normale la ou on fait ses etudes on gagne bien sa vie derriere etc etc..
    faire des etudes m a tjr interessée mais en quoi je ne savai pas et je ne sait tjr pas et je veut pas finir caissiere pour le reste de ma vie.. je me met trop la pression mais n empeche jai dzja bientot 22ans jai rate 3ans d etudes si on compte bien..

  12. Camille dit :

    Salut salut

    Je suis vraiment paumée aujourd’hui je ne sais plus quoi faire et je sombre petit à petit dans la déprime peur de rater ma vie et beaucoup de pression du fait d’avoir un loyer à payer … je n’en peux plus d’être perdue et d’avoir l’impression de perdre mon temps 🙁

  13. Nate dit :

    Je n’ai que 21 ans et je suis dans la même situation que la plupart d’entre vous. J’ai raté 2 années de fac, je suis déjà en train de foirer ma remise à niveau en arts appliqués. Et le pire dans tout ça c’est que je pratique la méditation pleine conscience et l’auto-hypnose mais pas fichu de me bouger le cul. Merci les bénéfices secondaires…

  14. Nessa dit :

    J’ai 24 ans. Je vie au Québec et j’ai un travail que je n’aime pas. Je me cherche un DEP( diplôme d’étude professionnel). C’est pas évidant.

    En 2017, mon objectif c’est d’avoir trouvé un DEP et de quitter mon emploi pour faire ce que j’aime. Je trouve ça dépriment faire quelque chose que je n’aime pas. Je ne veux pas perdre des années de ma vie pour rien. La vie passe bien trop vite. J’aimerais être fière de faire un métier que j’aime vraiment donc je pourrais en parler en bien.

    C’est fou, on devrait mieux se connaitre que quiconque. Mais on y arrive pas.

    Je pense qu’on devrait tous faire une liste des choses qu’on aime et des choses qu’on n’aime pas et écrire pourquoi on aime ou on aime pas.

    Par exemple: J’aime cuisiner. Pourquoi: Parce que j’aime faire de nouvelles recettes de plus en plus difficile pour faire goûter aux gens ce que j’ai réussi à faire. C’est des petits défis que je me lance.

  15. vanessa felix dit :

    J’ai mon propre problème, je cherche quelqu’un,je me sens tellement seule enfin je ne sais pas quoi faire.quelqu’un peut m’aider stp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Partages

Toutes les formations ici pour multiplier vos résultats ...