« Oui…mais » ou l’art d’être PESSIMISTE

pessimiste« Oui…mais » est l’un des jeux les plus pratiqués sur cette planète. Peut-être que pour l’instant vous ne voyez pas de quoi je veux parler mais vous allez vite comprendre.

Connaissez-vous des personnes qui ont l’art et la manière de toujours trouver des excuses quand on leur propose des solutions ?

Si vous arrivez sur ce blog pour la première fois, vous serez peut-être intéressés par mon guide "Trouvez votre PASSION, en VIVRE et KIFFER la vie" dans lequel je vous transmets des techniques inédites pour trouver ce pour quoi vous êtes fait mais aussi des interviews de star du web qui se sont lancés pour vivre de leur passion. Pour télécharger gratuitement ce guide, cliquez ici. Vous serez redirigé sur un autre onglet et pourrez continuer votre lecture ensuite sur cette même page.

« Oui, mais je n’ai pas assez de temps pour pouvoir profiter de mes week-ends »
 » Oui mais, même si je le voulais les sorties sont trop chères »
 » Oui, mais de toute façon je suis trop fatiguée »
 » Oui, mais je ne saurai même pas avec qui aller à cette expo »

 

La phrase « Oui, mais… » suivie de plusieurs centaines excuses est prononcée souvent de  certaines personnes, les français adorent se plaindre et se trouver des excuses, et oui!

 

Pour vous montrer un exemple concret, regarder la vidéo :

 

Image de prévisualisation YouTube

 

S’il n’y a pas de solutions, c’est qu’il n’y a pas de problème

 

Cette citation est véritable, dans le sens contraire il y a toujours des solutions aux problèmes ! Si on se trouve à chaque fois des excuses c’est que dans le fond on a en pas plus envie que ça, on ne veut pas se forcer, on ne veut pas se bouger, à être acteur de sa vie, on préfère rester dans sa petite zone de confort.

 

Par peur ? Par manque de motivation ? Par manque d’optimisme ?

 

Je pense avant tout que ces personnes qui se cherchent sans cesse des excuses ont peur d’être heureux, peur de dépasser leurs limites !

Ce qui est paradoxal c’est que l’être humain n’a pas peur du pire, il a peur du meilleur ! Il a peur de dépasser ses limites car ça sera pour lui l’inconnu et l’inconnu fait peur, c’est connu (sans vouloir faire de jeux de mots).

Le problème aussi c’est que les gens pensent trop à leurs échecs et à leur passé. Pourtant, chaque personne qui a réussi a aussi dû surmonter ces obstacles, tout le monde passe par là.

 

SI vous abandonnez d’avance, vous êtes certain(e) de ne pas y arriver

 

Tout commence avec une vision, la peur n’existe pas. Le seul endroit où la peur existe c’est dans nos pensées à propos du futur, c’est notre imagination qui la produit. Nous avons peur de choses qui probablement n’existeront jamais.

La peur est un choix.

Il n’y a que ceux qui prennent le risque d’aller trop loin qui découvrent jusqu’où il est possible d’aller. Il n’y a que vous même qui pouvez croire en vous même ! C’est la première étape ! Croyez en vous et les autres croiront en vous.

 

« Rester immobile ne sert à rien. Il faut choisir entre progresser ou régresser. Allons donc de l’avant et le sourire aux lèvres. »

de Baden-Powell

 

Alors que voulez-vous vraiment, continuer de vous trouver des excuses et faire partie de ces 95% de gens qui regrettent à la fin de leur vie ou vous battre maintenant et faire vraiment dont ce dont vous avez envie ?

A chaque fois que vous  utilisez cette expression du « Oui…mais » remettez-vous en question et chercher si vraiment il y a un obstacle ou ce n’est pas vous qui vous mettez des bâtons dans les roues.

Se trouver des excuses est bien trop facile, soyez différent, ça en vaut vraiment la peine et c’est aussi le secret du bonheur !

 

 

 

 

ton image

12 commentaires

  1. Chantal P dit :

    Ah Ah ! le fameux « oui… mais » c’est bien la plus belle excuse à ne pas faire et la plus souvent évoquée !! Sans ce « oui… mais », nous serions obligés d’AGIR ! Quelle catastrophe pour les pessimistes et les négatifs de la terre. Merci pour cet article Nina ! Et j’ai découvert cette petite vidéo très parlante et surtout très bien faite.
    Par contre, dans mon livret du Jeu de Soi concernant les émotions, je conseille vivement le « MAIS » pour inverser un processus de peur vers l’envie qui se cache derrière ! Là, le … mais… est très intéressant http://ambition-et-reussite.com/la-vie-comme-un-jeu-2/

  2. Christopher L dit :

    Hello Nina,

    Merci pour cet article fort pertinent !

    J’ai adoré la vidéo ! Incroyable ! Les exemples sont géniaux surtout avec M. »oui mais… » Je pense que l’on a tous vécu ce genre d’expériences.

    J’ai personnellement toujours l’envie d’être le sauveur et mes conversations avec ce genre de personne finissent toujours mal. En fait, comme le dit la vidéo, ils finissent par prendre le rôle de persécutés et deviennent ainsi agressifs pour se « protéger ».

    « Rester immobile ne sert à rien. Il faut choisir entre progresser ou régresser. Allons donc de l’avant et le sourire aux lèvres. » de Baden-Powell

    Magnifique citation, je vais la mettre dans mon fichier à citation (ça fait un peu le creepy collectionneur 😛 ). En passant, j’ai justement écrit un article dans la même veine justement hier : http://speedevelopment.com/devoir-vouloir-vivre/

    L’effet de groupe ?

    Merci encore et à bientôt !

    • Nina Nina dit :

      Les gens qui se trouvent des excuses ça m’énerve aussi pas mal, à force, comme dans la vidéo, on ne dit plus rien, de toute façon s’ils ne veulent pas changer on ne pourra rien pour eux.

      Le déclic c’est dans leur tête que ça doit se faire, si ça se fait un jour ahah =)

  3. Eliane dit :

    Bonjour Nina,

    J’adore ce film avec Jugnot, j’aime à le revoir régulièrement, il est extrêmement pédagogique. Il pose de très bonnes questions et le personnage d’Emilie Dequenne est vraiment très attachant.
    J’aimerais vraiment rencontrer un psy comme Jugnot capable de reformuler les bonnes questions pour me faire avancer rapidement.
    C’est pourquoi j’aime à découvrir des personnes qui comme toi, s’interrogent et vont au fond de leurs réflexions sans faire du copier-coller. C’est un vrai plaisir pour moi de suivre tes articles. J’adore ta pertinence et ta vision des choses.
    Bravo, Nina !

    • Nina Nina dit :

      Oui il est super naturel et avec des mots simples dans ce film, j’aime beaucoup aussi.

      J’aurai adorer faires des études de psy en fait, mais bon, je suis en master de droit et on ne peut pas tout faire =) c’est pourquoi ce site c’est un peu ma petite passion

  4. Renata dit :

    Tout à fait d.accord avec toi Nina!!!
    J’adore ton tittre :
    S’il n’y a pas de solutions, c’est qu’il n’y a pas de problème
    Excellent
    C’est comme : il n’y a pas des choses impossibles, mais des etres incapables!

    L’autre jour je parlais avec ma mère et elle me racontait de quelcun « mais elle ne epux pas demenager à cause de ses enfants ». Imagine, elle ne peux pas demenager parece que ses enfants qui ont 45 ans ne pourront plus venir lui rendre visite? … Je n.arretait pas de dire à ma mère que ce n’est pas qu’elle ne epux pas, mais qu’elle NE VEUX PAS… C’est toujours tellement facile de dire que c’est de la faute des autres et se mettre en situation de VICTIME!!!

    Je vais regarder la video tout à l’heure je ne paux pas sur ma device actuelle….
    Merci beaucoup pour cet article Nina

    • Nina Nina dit :

      Les enfants sont ici la bonne excuse, c’est clair et net ! Quand on veut vraiment quelque chose on l’obtient, point. C’est rageant ces gens qui se trouvent sans cesse des excuses, mais bon, c’est leur vie, pas la notre.

  5. Paul dit :

    Je suis d’accord avec toi Nina. Nombreux sont les gens qui se posent en victime et se trouvent des excuses pour ne pas accomplir ce qu’ils voudraient vraiment.

    Ces excuses ne sont qu’une expression d’une peur (par ex ; celle de sortir de sa zone de confort, celle de tenter quelque chose de nouveau (d’inconnu et donc d’effrayant), celle de se faire critiquer, celle de risquer de manquer d’argent, etc…).

    La question à se poser est alors la suivante : où en serai-je dans 3 mois, dans 1 an, dans 3 ans, dans 10 ans…si je continue de me comporter ainsi.

    Deux citations me viennent à l’esprit :

    « Celui qui veut faire quelque chose trouve un moyen, celui qui ne veut rien faire trouve une excuse » (proverbe arabe)

    « Si vous pensez que l’aventure est dangereuse, essayez la routine, elle est mortelle » (Paulo Coelho)

    Tu mentionnes le fait que tous les gens qui ont accompli des choses extraordinaires ont d’abord fait face à des obstacles ainsi qu’à des échecs. C’est vrai ! Mais ils ont eu le courage de les surmonter ! Un des problèmes – mais qui ne doit bien sûr pas servir en tant qu’excuse, est que le système éducatif ne favorise pas la créativité et les essais. Il ne tolère en fait pas les échecs. Et c’est cet état d’esprit craintif et limitatif qu’il instille dans les élèves.

    J’ai écrit un article à ce sujet sur mon blog : http://secretsdusucces.com/notre-systeme-educatif-tue-t-il-la-creativite/

    J’aime bien ce que tu dis Nina à propos de la peur, notamment les 2 phrases suivantes :

    « Nous avons peur de choses qui probablement n’existeront jamais ». C’est vrai et ça fait l’écho à ce que disait Mark Twain: « J’ai eu beaucoup de soucis dans ma vie, dont la plupart de se sont jamais réalisés »

    « Il n’y a que ceux qui prennent le risque d’aller trop loin qui découvrent jusqu’où il est possible d’aller ».

    Qui ne tente rien n’a rien ! Pourquoi se limiter. Vous voulez demander un service à quelqu’un ? Vous désirez une personne ? Vous souhaitez obtenir une augmentation salariale ?

    Alors demandez ce que vous désirez. Allez-vous l’obtenir ? Pas nécessairement.

    Avez-vous plus de chance de l’obtenir qu’en n’en faisant pas la demande, qu’en n’en tentant pas votre chance ? Bien sûr que oui !

    • Nina Nina dit :

      Très bonne analyse ! Pour certains c’est tellement plus facile de faire croire qu’ils ont tout essayé et de se cacher derrière des excuses… le pire c’est qu’ils ne s’en rendent pas compte, ils croient vraiment à leur mensonge au final, c’est dingue !

  6. Brillante idée d’article!

    Il me touche d’autant plus que j’ai vu ce film avec Jugnot il y a très longtemps, dans une autre vie où j’étais aveugle à plein de choses, et c’est mon tout premier souvenir de déclic psychologique…

    Je crois même qu’il a planté en moi une graine qui fit que, quelques années et un divorce plus tard, j’ai entamé une reconversion professionnelle dans le Conseil Conjugal & Familial. 😉

    Le passage illustré avec les deux jardiniers est magistral. C’est un principe difficile à appréhender au début car il repose sur quelque chose d’en apparence illogique: on se plaint, on demande de l’aide… puis on la refuse.

    C’est le quotidien des psys 😀 Le signe que la personne n’est simplement pas prête à changer, mais trouve aussi des bénéfices secondaires à sa situation: attirer l’attention, se faire plaindre, etc. Parce que quand on souffre réellement trop de quelque chose, on trouve toujours les ressources pour bouger ! C’est une question de survie.

    Tant qu’on joue au « Oui, mais… », c’est que les bénéfices secondaires inconscients pèsent plus dans la balance que les inconvénients de surface.
    Anthony – S’il suffisait d’aimer Articles récents…Les 5 plus mauvaises raisons de se marier (5/5) – « Le mariage » – Lynda LemayMy Profile

  7. Nina Nina dit :

    je n’avais pas vu les choses comme ça aussi =) c’est vrai que pour eux ils ont aussi des bénéfices secondes comme se faire plaindre, et c’est bien connu : les gens adorent ça =)
    Nina Articles récents…10 RAISONS pour lesquelles vous devriez MEDITER chaque JOURMy Profile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Partages